Accueil du site
Accueil / Les expositions d'hier / Couleur sépia. L'Isère et ses premiers photographes. 1840-1880
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Les expositions d'hier

Couleur sépia. L'Isère et ses premiers photographes. 1840-1880

L'exposition

L'invention de Niépce et de Daguerre, en 1839, marque les prémices de la photographie, technique qui permet de fixer durablement une image du réel sur un support. Très vite, ce procédé se diffuse auprès d'amateurs et de professionnels curieux des nouvelles techniques, et rencontre auprès du public un succès considérable qui dépasse le cénacle parisien pour gagner la province.

Le Second Empire (1852-1870) voit la floraison de nombreux ateliers photographiques à Grenoble mais aussi à Vienne et à Voiron où la société aisée vient se faire tirer le portrait. Particulièrement significatif de la période étudiée, ce genre photographique offre une série de clichés qui nous renvoie au cœur de la société bourgeoise de l'époque. À cette mode du portrait s'ajoute un intérêt croissant pour les sites pittoresques que découvrent les premiers touristes fortunés. Les photographes professionnels s'attachent alors aux prises de vue en plein air à Grenoble, au Bourg-d'Oisans, à Uriage ou à Allevard, à la Grande Chartreuse ou à La Salette...

L'exposition a constitué le tout premier travail d'envergure consacré aux débuts de la photographie en Isère et a rendu hommage aux premiers photographes que sont Gustave Margain (1826-1907), Victor Muzet (1828-après 1885), Alfred Michaud (1828-1890) mais aussi à d'autres, tels Fesser, Gauthier, Godard, Jager, Jouve... La production de ces pionniers révèle un travail original de création artistique et une maîtrise de la technique photographique mise au service d'une formidable inventivité du regard.

Plus de 300 tirages originaux, issus de collections privées, associés à des objets et documents, ont été réunis pour en témoigner. C'est donc une découverte étonnante de l'Isère, au milieu du XIXe siècle, qui était proposé aux visiteurs. En fin d'exposition, une projection en 3D de vues stéréoscopiques prolongeait ce voyage au cœur du Second Empire.

La publication

Couleur sépia, tout premier ouvrage sur le sujet, est à la fois une publication historique, qui dresse un panorama documenté sur l’âge d’or de la photographie en Isère, et un catalogue d’exposition qui reproduit l’essentiel des œuvres présentées.


Couleur sépia. L'Isère et ses premiers photographes (1840-1880)
Ouvrage collectif sous la direction d’Isabelle Lazier et de Jean-Louis Roux, Éditions Libel et Musée de l’Ancien Évêché, 2009, 176 pages et 270 reproductions, 35 €  



Voir toutes les éditions du musée

Le petit journal de l'expo

Galerie d'images

Projection en 3D. L'Isère en relief

Pour accompagner l'exposition, le musée a imaginé une projection vidéographique sonorisée de 55 vues stéréoscopiques de l'Isère, réalisées entre 1860 et 1880.
Le public a pu visionner cette projection à l'aide de lunettes polarisées en fin de parcours d'exposition.

L'Isère en relief : images en 3D
Projection vidéographique en 3D. Durée : 15 minutes
Mise en forme de 11 clichés de Grenoble et de 44 clichés de l'Isère
Réalisation et mécénat : TRIBVN, Châtillon (92)

Les animations

Diverses animations ont été proposées autour de l'exposition :

- des visites commentées
- des ateliers pour enfants
- des conférences
- un parcours prédestre urbain

Partager cette page  

Traduction / Translation

  Accueil |

Le dossier de presse

A faire au musée